XIIe, XIIIe et XIXe siècles.

st etienne

Dès le Xe siècle, les bénédictins de Saint-Magloire exercent des droits à Vernouillet, mais leur rôle est assez imprécis dans l'édification de l'église. De plan irrégulier, elle témoigne de plusieurs phases de construction. La base du clocher, les vestiges de la nef primitive, qui a été écourtée d'une demi-travée, et le transept sud sont romans, du début ou du milieu du XIIe siècle.

Le choeur et le chevet plat légèrement désaxé qui le termine, ainsi que la flèche, restaurée au XIXe siècle, annoncent le style gothique de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle.

Le transept nord, démesuré, est un peu plus tardif. Les sculptures des portails sud et nord se distinguent par leur sens symbolique.


 

 st etienne archives


Christ en gloire (XIIIe siècle  peinture murale)

Les peintures du transept nord, restaurées en 1995, ont probablement été commandées par les bénédictins de Saint-Magloire. Réalisées à la détrempe, sur la pierre même, vers le milieu du XIIIe siècle, elles illustrent le texte de l'Apocalypse. La scène du Jugement dernier occupe le mur-pignon. Des anges, sonnant de la trompette ou repoussant les "bêtes", sont représentés sur la voûte.

Le Christ en gloire apparaît dans le voûtain nord. Assis sur un trône blanc, il porte ses marques distinctives, que sont l'auréole crucifère, la robe blanche de prêtre et le manteau rouge de roi. De la main droite, il bénit ou enseigne. Dans sa main gauche, il tient le livre de l'ancien testament que son enseignement va ouvrir. À ses côtés se trouvent les tables de la Loi, symbole de l'ancienne alliance, et le calice du salut, surmonté de l'hostie symbole de la nouvelle alliance. Ses pieds reposent sur le globe terrestre, sur lequel sont dessinés les trois continents connus à l'époque. L'image, inscrite dans les figures géométriques, telles le quadrilobe, le cercle et le carré, est encadrée par les symboles des quatre évangélistes, accompagnés de phylactères qui évoquent leurs écrits.


Litre des marquis de Romé (XVIIIe siècle : peinture murale)

Louis Pierre de Romé, premier marquis de Vernouillet, meurt en 1747. Son fils André Charles Louis est tué en 1759. Cette grande bande noire, appelée litre, est peinte dans l'église à l'occasion de l'un ou l'autre de ces deuils. Elle est ponctuée par les armoiries des Romé, qui sont d'azur au chevron d'or, accompagné de deux molettes d'éperon en chef, et en pointe d'un renard passant, le tout d'or.

L'écu, que tiennent deux lévriers, est encadré par la couronne de marquis et la croix de Saint-Louis, distinction militaire reçue par plusieurs Romé de Vernouillet.

 


 

 

L'Association Paroissiale de VERNOUILLET

C'est l'interlocuteur privilégié de la paroisse vis-à-vis des pouvoirs publics. Elle assure les permanences d'ouverture de l'église de Vernouillet le samedi de 10h15 à 12h15 et des visites commentées en français et en allemand pour des groupes sur rendez-vous.

S'adresser à :

Henry Pefferkorn
Tél. 01 39 71 99 31