ordination diaconale 5

Olivier Rousseau est arrivé à Verneuil-Vernouillet à la fin du mois d’août pour une année et il a été ordonné diacre en vue du sacerdoce le 23 septembre dernier. Il fait connais­­sance peu à peu avec notre paroisse… Nous sommes allés le rencontrer pour mieux le connaître.

Olivier a 28 ans. Issu d’une famille chrétienne, il a 4 frères. L’appel du Seigneur s’est fait entendre très progressivement. Scout, puis servant d’autel, il était accompagné par un vieux prêtre qui l’a marqué spirituellement : « Une vocation, c’est personnel ; elle n’est reçue que lorsque la foi est vivante, une relation, à Jésus. On peut alors donner sa vie. Pour répondre, il faut être un homme construit, ça n’abolit pas la grâce. »

Le séminaire
Une des spécificités du séminaire de Versailles est que chaque séminariste se voit proposer, en fonction de ses besoins, de ses charismes et de sa personnalité, un parcours sur mesure qui favorisera son discernement et son épanouissement.

En cela, le séminaire est un lieu de liberté : un dialogue et une écoute constants s’établissent entre les séminaristes, leur supérieur et l’évêque.
L’entrée au séminaire n’est pas toujours facile, on ne choisit pas ceux avec qui on va vivre et être formé, mais il y a de la joie à constater que l’on n’est pas seul à suivre ce chemin.

« Au séminaire, on construit le presbyterium de demain. La vie fraternelle est nécessaire et on doit prêter attention les uns aux autres. Le Christ appelle ; il choisit le bien pour moi. »

Son cursus
Le discernement ne se fait pas en bloc : quatre années lui sont consacrées.

La première année a lieu à la Maison Saint Jean Baptiste pour discerner sur le choix radical de la vie de prêtre. « Ça passe ou ça casse ! » On remet les choses en question.

Puis viennent deux années d’études philosophiques.
La quatrième année, Olivier a été envoyé dans une paroisse « ailleurs » pour découvrir de plus près le rôle du prêtre. Olivier a été envoyé en Amazonie pour un an. La paroisse où il était en mission était aussi grande que les Yvelines. Les paroissiens qui se rendaient dans des célébrations dominicales acceptaient de faire des kilomètres dans des conditions pas toujours faciles. Cette immense paroisse était très active et organisée.
Après cette découverte étonnante en paroisse, Olivier a suivi trois ans d’études de théologie à Notre Dame de Vie, dans le Vaucluse.

La paroisse de Trappes l’a accueilli à chaque période de vacances.

Ses pas l’ont maintenant mené pour une année diaconale à Verneuil-Vernouillet. Durant cette année, une quinzaine de journése à l’évêché ou au séminaire seront consacrés à l’étude de points précis de la pastorale en paroisse.

L’ordination diaconale.
ordination diaconale 1« Devenir diacre, c’est d’abord une joie immense, teintée de gravité et d’une certaine crainte. C’est la confirmation de l’appel authentique du Seigneur. Je me sens au bon endroit, prêt à recevoir les dons de l’Esprit Saint. On est porté par l’Eglise : le peuple de Dieu présente ce frère pour le service. Il y a été préparé, mais ça le dépasse. »

Partager avec sa famille, ses amis et les personnes présentes et absentes, se sentir porté par la prière de ceux qui pensaient très fort à lui a été un grand moment. Les gens étaient heureux de la vraie joie de Dieu.

 

Moments forts de la cérémonie :

  • Le célibat, promesse qui ouvre l’ordination diaconale : « Oui, je le veux ».
    C’est un célibat choisi : « Pas facile de décider, mais après discernement, j’y perçois la joie du célibat consacré à Dieu . Le célibat choisi, c’est un don que Dieu me fait, c’est le don pour le Don , dans une vie de service . »
  • L’engagement à la prière des heures : prière traditionnelle fondée sur les Psaumes. Olivier affectionne particulièrement le Psaume 130, « Seigneur, je n’ai pas le cœur fier… »
  • L’imposition des mains et la prière d’ordination. C’est le geste le plus important : l’ordinant entre à la suite du Christ dans cette chaîne qui a fondé l’Eglise depuis les Apôtres. L’évêque impose les mains sur sa tête et par là, il lui transmet le don de l’Esprit. Par ce geste, le diacre est mis au service, pour la gloire de Dieu et le salut du monde. « A ceux qui se donnent, Dieu n’enlève rien, mais enseigne à donner ». Les mots sont bien pâles pour décrire ce que ressent celui qui vient d’être ordonné.

Le rôle du diacre.

ordination diaconale 4Le diacre est au service de la paroisse et son aide est précieuse. Olivier est guidé par des échanges fructueux avec son curé et, avec les ordination diaconale 2responsables diocésains, il peut partager son expérience paroissiale. Il poursuit également ses rencontres avec son père spirituel.
Cette année en paroisse lui permet d’exercer à part entière une fonction liturgique.
Service de la Parole : « Le diacre prête sa voix au Verbe, il proclame l’Évangile. La Parole de Dieu agit dans son cœur et le Seigneur passe par sa voix ».
Service de la Table : le geste de paix et l’envoi, aux messes des assemblées. Cette transmission établit le lien entre les fidèles et l’autel
Le diacre a surtout une mission au service des plus fragiles et des plus pauvres : Olivier va servir au Secours Catholique, à la pastorale de la santé...

Merci Seigneur de nous avoir prêté Olivier pour ce temps donné. Que nos prières l’accompagnent.

« Saint Esprit, qui remplit l’Univers, Tu fais croître en chacun de nous une vie de communion avec Dieu. Et s’y épanouissent la bonté du cœur et l’oubli de soi pour les autres. » (Frère Roger, de Taizé)